- Il y a un loup dans ma cuisine. Oui, je sais. C’est pas la peine de me le répéter trois fois.

- Et c’est sensé être normal ?? Hein, Chap ? C’est normal ?

- Ha ben oui, pour cuisiner, c’est plus pratique …

- Oh, c’est malin, tiens … non mais ma question, c’était plutôt pourquoi il est là, le loup ?

-Parce que tu préfèrerais qu’il soit où ? Dans sa tanière à fomenter des plans ? Dans les bois à rôder ? Au sommet de la montagne, pour inspirer et expirer à plein poumons ?

- Oh, l’ironie, t’es pas obligée de me la servir à chaque fois … Allez raconte … c’est quoi cette histoire ? Depuis quand l’horrible chose noire à grandes dents est ici …

- D’abord, il n’est pas horrible ensuite il a le poil plutôt soyeux, les yeux doux et l’humour malicieux.

- Ouais …

- Et puis honnêtement … entre dehors à tourner en rond de faim ou dans ma cuisine à apprendre à concocter de bons petits plats, je serais toi, j’hésiterais pas …

- Faut voir, il apprend quoi, le porc sauce-aigre douce ?

- Tout de suite … j’suis pas folle non plus … non, il adore les champignons à la grecque, la ratatouille et là il s’essaie aux aubergines à la parmesane …

-Et il est doué ?

- Je serais toi, je la ramènerai pas trop « Mr maison en chaume » … En chaume, c’te honte … Lui, il s’en sort pas mal, il est doué de ses mains…

- Tu m’étonnes …

- On fera peut être un p’tit dîner un de ces soirs. Tu préviendras tes frères, j’appellerai Pierre et on essaiera de joindre Blanchette quand elle sera revenue de son trekking.

- T’es sure de ton coup, là ?

- Ben oui, pourquoi …

- Alors ? Elle va comment le Chaperon Rouge ?

- Ça va frérot, ça va … J’crois qu’elle a vu le loup, en fait …